4 lettres

 

H., en septembre

Thomas,

Tu t’es donc décidé à me servir dix-huit mois et en contrepartie à être lopé par moi.

Tu achèveras le semestre en cours et en été, tu viendras ici. Si cela m’agrée, tu auras l’autorisation de poursuivre ici tes études ; mais chacun devra voir et sentir que tu es, comme l’on dit en allemand « différent des autres » : Une petite lope bandante. Peut-être qu’entre temps, je t’enverrai aussi des exercices à faire afin que tu restes physiquement en forme. Mais, ça c’est mon affaire; tu te contenteras d’être informé chaque jour de ce j’attends de toi.

Afin que tu puisses te préparer à ton existence d’esclave, voici les premières indications :

A partir d’aujourd’hui, tu te laisseras pousser les cheveux. Adolescent, tu voulais toujours avoir les cheveux longs, mais ta mère te l’avait interdit. Maintenant, c’est un ordre. Ma lope bandante doit ici forcer l’admiration par sa tête d’ange aux cheveux bouclés.

A l’avenir, tu achèteras des jeans ajustés très près du corps, si tu n’en possède pas déjà. Près du corps, cela signifie que tu ne pourras fermer la ceinture qu’avec difficulté. A partir d’aujourd’hui, tu les porteras aussi souvent que possible, afin qu’en été, ils aient l’air usés, comme il sied à une lope, à un porc comme toi.

Prépare –toi à ce que je te pose un cadenas dans le lobe de ton oreille droite. L’ anse du cadenas fait trois millimètres de diamètre. Si nécessaire, je le poserai de force…

Je sais que ces indications vont te faire bander encore plus, en pensant à ce qui t’attend. Tu en auras besoin pendant un an et demi.
J’attends de toi que tu sois d’accord sur tout sans aucune condition Si cela n’était pas le cas, appelle-moi. Cela sera notre dernière conversation et.. ta dernière chance.
Ton
Jens

 

H., en octobre

Thomas,

Tu n’as pas téléphoné. C’est ce à quoi je m’attendais. A partir de maintenant, tu ne téléphoneras plus et tu n’écriras plus : C’est moi qui décide de ce que tu vas faire.

Tu libèreras ta chambre au printemps. Tes livres, tu les enverras ici une semaine avant ton départ. Je te communiquerai à temps les vêtements que tu pourras apporter avec toi.

Tout le reste, tu le vendras ou tu en ferras cadeau.

Posséder ne sert qu’à distraire un esclave. Et dans ta vie, tu n’es pas encore arrivé à accumuler des choses irremplaçables. Jette tout ce bric- à-brac. D’une certaine façon, tu seras libre ici : tu ne possèderas que les vêtements que tu as sur le dos.

Ceci est la dernière lettre dans laquelle j’utilise ton nom. A l’avenir, ce n’est pas ton nom qui aura de la valeur, mais ce à quoi tu vas servir.

A l’avenir, je ne m’abaisserai plus à signer les lettres adressées à quelqu’un comme toi.

 

H., en février,

Cochon de lope,

J’ai longuement réfléchi au fait de savoir si tu devais avoir une place à toi ici , à la maison; Tu dormiras cependant dans mon lit, ou, si tu ne le mérites pas, devant, sur le sol. Et tu devras laisser les quelques hardes que tu possèdes quelque part et je te permettrai d’avoir de temps en temps de la visite. Aussi, ai-je installé des matelas à la cave. La cave peut être chauffée, tu dois rester en bonne santé. Au mur, j’ai fixé des anneaux pour des chaînes: afin que tes visiteurs voient ce que tu es, afin de pouvoir t’enchaîner quand je dois partir ou afin que mes invités ne soient pas offensés par ta vue ou tout simplement quand tu mériteras une correction… Tu peux, dès à présent bander en y pensant!

Je sais que ces indications vont te faire bander encore plus, en pensant à ce qui t’attend. Tu en auras besoin pendant un an et demi.

J’attends de toi que tu sois d’accord sur tout sans aucune condition Si cela n’était pas le cas, appelle-moi. Cela sera notre dernière conversation et.. ta dernière chance.

Ton

Jens

 

 

 

H., en mars
Cochon de lope,
Tu arriveras donc la semaine prochaine et tu resteras un an et demi ; Tes affaires sont déjà à la cave. Afin que tu puisses bien lire, j’ai accroché six tubes de néon. Ainsi, toute la convivialité est bien visible. On ne peut les éteindre.
Les questions d’argent sont réglées. Si exeptionnellement tu as besoin d’argent pour te servir au bar ou pour de nouvelles chaînes, je te le donnerai : Mais, à l’avenir, comme biens ayant de la valeur, tu n’auras entre les mains pendant toute cette période, que de la petite monnaie. Maintenant, allons aux choses les plus importantes : tes vêtements : tu as l’autorisation d’emporter :
Des jeans dont au moins une paire près du corps et usagés.
Des T-shirts unis. Ceux avec manches ne doivent pas être plus longs que jusqu’au nombril. Ceux sans manches peuvent être plus longs, mais doivent être ouverts sous les aisselles jusqu’à environ une main au-dessus de la ceinture. Tout le monde doit pouvoir jouir de ton corps bandant. Les vêtements doivent mettre en valeur ta nudité.
Pour les grandes occasions: des chemises blanches à manches longues, mais bien sur sans bouton.
Le pantalon long en cuir noir et coupé près du corps.
Des bottes, naturellement , pas de chaussures basses, tu marcheras pieds nus ou en bottes.
Pour l’hiver, ta veste de cuir noir.
Ceinture, boucle d’oreille, chaînette. Respecte cette liste exactement, les oublis seront punis.
Les vêtements pour le voyage: selon les changements de temps: jeans, bottes, ceinture, bijoux, veste en cuir à porter ouverte. Le reste des vêtements, tu l’amèneras en deux ballots serrés par les autres ceintures.Tout le monde doit pouvoir voir ce que tu possèdes. Samedi, tu arriveras à 11 heures 13 à la gare centrale. Je m’attends à ce que tu arrives à la maison à pied.
Après ton arrivée, je serai absent quelques heures, tu pourras ainsi t’habituer pendant ce temps là à ton trou, à ta cave…